EXPO « François Morellet, l’esprit de suite, 1965-2015 » | Musée des Beaux-Arts de Caen

Une belle rétrospective…

20150705_155333 modifiéParce qu’elle attaque sa dernière semaine d’ouverture, je vous propose une petite chronique sur la très belle exposition consacrée à un des pionniers de l’art contemporain en France et à l’international : François Morellet. Cette rétrospective très riche, présentée par le Musée des Beaux-Arts de Caen depuis le mois de mai, permet de découvrir le parcours de cet artiste incontournable depuis les années 1950, pionnier de l’abstraction géométrique* et créateur du groupe de recherche GRAV (Groupe de Recherche d’Art Visuel) de 1960 à 1968, avec Horacio Garcia Rossi, Julio Le Parc, Joël Stein, Francisco Sobrino et Jean-Pierre Yvaral, devenant alors un des représentants majeurs de l’art cinétique en France.

20150705_155629 modifié

À travers des estampes, des peintures, des sculptures et des livres de l’artiste produits entre 1965 et 2014, l’exposition retrace le parcours de cet inconditionnel de la frivolité, comme il aime à le rappeler. L’humour, l’accident et l’absurde occupent une place prépondérante dans les œuvres de cet homme. Jamais sérieux, François Morellet a conçu ses œuvres comme des amusements, repoussant constamment les règles de l’art ou les transgressant, au point de créer des œuvres qui s’avèrent totalement invendables par leur format, mais aussi par leur contenu… ou leur absence de contenu (oui, oui).

François Morellet prend un malin plaisir à contourner les règles de l’art. Particulièrement réticent à l’encadrement de ses œuvres, l’artiste préfère leur offrir la possibilité de l’infini. Il refuse également de laisser transparaître la trace de la main de l’artiste, il se tourne alors vers des objets industriels, comme le tampon, les néons, l’acier… qu’il utilise à travers de nombreuses techniques : gravure, sculpture, peinture, dessin entre autres. Bien qu’il se défende d’avoir un medium de prédilection, il semble néanmoins que l’estampe ait ses faveurs, 375 ayant été réalisé de 1944 à 2012.

Fasciné par le procédé de reproduction (propre à l’estampe) pour sa neutralité et sa précision, cette dimension sérielle se retrouve dans chacune des œuvres de François Morellet. Chacune d’elles est régie par un système mathématique, qui lui permet de jouer et rejouer constamment sans cesse au même jeu. Refusant la simplicité des formes géométriques, comme la croix ou le carré, François Morellet choisit de travailler en 1995 sur la ligne et l’angle à 60° dans sa série L’état tampon. À partir de ce choix, il décline alors de nombreuses combinaisons qui laissent apparaître une tête de gazelle, une danseuse, un sage accroupi…

20150705_154713 modifié

En réponse à sa première invitation au Musée des Beaux-Arts de Caen, François Morellet a conçu deux œuvres spécifiquement pour l’occasion : 3D éphémère, réalisée à partir d’un ruban noir et Giordano défiguré qui revisite à partir d’un tableau de la collection du musée, L’enlèvement d’Hélène réalisé par Luca Giordano, qu’il inscrit dans une série réalisée en 1988, les défigurations (pour en savoir plus, c’est ici). Ces deux nouvelles œuvres viennent côtoyer de nombreux écrits et estampes de l’artiste, ainsi que des pièces phares de l’artiste, comme Sphères-trames réalisées en 1962 et le néon Lamentable (2006). Le parcours présenté au visiteur est ainsi particulièrement éclectique, permettant de découvrir sous un angle nouveau les œuvres de ce représentant de l’abstraction géométrique.

L'enlèvement d'Hélène, Luca Giordano | Musée des Beaux-Art de Caen          20150705_153559 modifié

« Tout cela pour prouver quoi ? Eh bien c’est que dans l’art, tout du moins dans celui qui m’intéresse, les contraintes, les règles du jeu que l’artiste se donne sont plus importantes que les réalisations qui en découlent. » François Morellet, février 2009

*abstraction géométrique : Désigne une forme d’expression qui omet toute référence à la figuration. Les références disparaissent au profit des formes géométriques, des lignes épurées, des couleurs disposées en aplats.

Exposition à voir jusqu’au 21 septembre 2015

Plus d’infos : http://mba.caen.fr/fr

Tarifs : 5,50€ / 3,50€ / Gratuit

Et n’oubliez pas, le blog est inscrit à la 6e édition des Golden Blog Awards 2015 ! Pour voter, c’est ici > http://www.golden-blog-awards.fr/votePlugin.php?blogId=9610

Publicités

2 réflexions sur “EXPO « François Morellet, l’esprit de suite, 1965-2015 » | Musée des Beaux-Arts de Caen

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s