Oléron, l’île sauvage de l’Atlantique

Pour ce petit week-end improvisé entre amis, nous avons pris la direction de l’Île d’Oléron, la deuxième plus grande île française après la Corse, avec ses 174 km2 répartis sur 30 km de long et 8 km de large au plus important.

Plage de la Brée-les-Bains | Île d'Oléron
Plage de la Brée-les-Bains | Île d’Oléron

Réputée plus sauvage que sa célèbre voisine, l’Île de Ré, il vous faudra partir à la découverte de cette île pour qu’elle vous révèle ses secrets. Et pour cela, rien de mieux que le vélo ! Heureusement, pour les moins férus d’entre nous, il n’y a quasiment aucun dénivelé. Vous pourrez donc parcourir ses longs chemins tranquillement, en bordant les nombreuses plages ou bien en traversant les sous-bois ou les vignobles pour rejoindre la côte ouest ou est.

Coucher de soleil sur le port de La Cotinière | Île d'Oléron
Coucher de soleil sur le port de La Cotinière | Île d’Oléron

Marais salants | Île d’Oléron

Célèbre pour ses marais salants, Oléron revêt par instants un goût de Camargue (cf. voir ici un post précédent). Les teintes des marais oléronnais sont tout aussi chatoyantes. Vous longez ainsi, à pied ou
à vélo, ses innombrables parcelles qui parcourent l’île de long en large.

Vous ne pourrez pas échapper aux nombreux champs de vigne présents sur l’île. Il s’agit d’une île avant tout agricole. En discutant avec les locaux résidants à l’année (21 000 habitants tout de même), vous apprendrez que l’île se divise en deux catégories : une terre agricole et une terre maritime qui ne se côtoient parfois jamais. De nombreux agriculteurs ne vont jamais à la plage !

Les cabines de plage | Île d'Oléron
Les cabines de plage | Île d’Oléron

Vous ne pouvez en tous les cas pas partir d’Oléron sans avoir goûté au fameux « pineau d’Oléron », apéritif sucré très prisé sur l’île et aux huîtres, spécialités de la région. Peu laiteuses, les huîtres d’Oléron sont baignées par le rythme des marées. Les plages de baignades jouxtent d’ailleurs les parcs à huîtres, et même les écluses, système antique de parcelles créées en bord de mer délimitées par des cailloux, qui permettaient de pêcher du poisson (la mer descendante découvrait les écluses, les poissons ne pouvaient alors plus sortir), toujours visible aujourd’hui à marée basse.

Incontournable à Oléron, profitez du coucher de soleil à la Cotinière, premier port de pêche de Charente et très apprécié aujourd’hui pour sa criée, sa promenade et ses boutiques. Prendre un verre en terrasse à la fin d’une journée à vélo est un grand plaisir ! Mais les places sont chères…

Le port de La Cotinière | Île d'Oléron
Le port de La Cotinière | Île d’Oléron
Publicités

Une réflexion sur “Oléron, l’île sauvage de l’Atlantique

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s